C’est un projet pharaonique. Un tunnel ferroviaire de 57 kilomètres, l’un des plus longs au monde, creusé pour relier la France à l’Italie. Mais le Lyon (Rhône-Alpes) – Turin est un projet controversé qui a fissuré la coalition gouvernementale italienne jusqu’à la faire voler en éclat. Le mouvement populiste face à l’extrême droite La rupture est actée entre Lugi di Maio, le chef du mouvement populiste 5 étoiles, hostile au projet et Matteo Salvini, son homologue d’extrême droite, partisan lui de la ligne ferroviaire. La semaine dernière le Sénat italien a voté deux motions favorables au projet Lyon-Turin. Matteo Salvini savoure, lui qui a toujours fait de ce projet une priorité. “Je n’ai pas été élu pour bloquer, mais bien pour rendre possible des projets d’infrastructures trop longtemps freinés par la gauche“, a affirmé le ministre de l’Intérieur italien.Le JT

  • JT de 20h du lundi 12 août 2019 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    Affaire Epstein : polémique après la demande de l’ouverture d’une enquête en France

  • 2

    Affaire Epstein: quels liens avec la France ?

  • 3

    Hong Kong : la situation se tend, l’aéroport est bloqué

  • 4

    Hong Kong : le conflit s’enlise

  • 5

    Alimentation : la fin de la malbouffe ?

  • 6

    Frais bancaires : le juteux business des banques

  • 7

    Impôt sur la fortune immobilière : les personnes assujetties sont plus riches que celles qui payaient l’ISF

  • 8

    Brexit : la grande inquiétude des entreprises

  • 9

    Enquête : que valent les assurances vacances ?

  • 10

    Accidents: les trottinettes ou “l’anarchie urbaine”

  • 11

    Premier job: saisonnier à 16 ans

  • 12

    Mur de Berlin : 58 ans après “les filles du mur” se revoient

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *