Les résultats préliminaires de l’activité de prélèvement et de greffe en France en 2005 enregistrent une augmentation significative : le taux de prélèvement atteint, pour la première fois, 22 prélèvements par million d’habitants et l’activité de greffe franchit le seuil des 4 000 greffes annuelles avec 4238 greffes. L’activité de greffe a ainsi augmenté de près d’un tiers (32 %) depuis l’année 2000.
Malgré cette progression, la situation de pénurie persiste : en 2005, en France, près de 12 000 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organes et 186 patients sont décédés faute de greffon. Chaque année, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente est plus élevé (+ 4 % en 2005) et le décalage entre le nombre de nouveaux inscrits (5 168 en 2005) et le nombre de greffes réalisées (4 238 en 2005) reste important. Or, la greffe est une thérapeutique de mieux en mieux maîtrisée, dont les résultats en termes de survie et de qualité de vie sont en constante progression.
Il est cependant essentiel de rappeler l’importance, pour chacun, de réfléchir à la question du don d’organes. Transmettre sa position à ses proches, afin qu’ils puissent témoigner de la volonté du défunt lorsqu’un prélèvement est envisagé, est une démarche essentielle et parfois vitale pour les patients en attente de greffe. Ce message est rappelé chaque année par l’Agence de la biomédecine lors de la journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe qui se tiendra en 2006, le 22 juin.
Sources :
Communiqué de l’Agence de biomédecine du 22 février 2006Click Here: cd universidad catolica

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *