Alors qu’il a débuté ses heures de travaux forcés au Guatemala, tombe sous le coup d’une accusation d’escroquerie. Ultime coup dur pour la star?

Ange ou démon? Mel Gibson brouille les pistes. Après avoir été sous le feu des projecteurs pour son grand retour au cinéma avec Le Complexe du Castor de

Click Here: cheap warriors rugby jersey

, l’acteur fait une nouvelle fois parler de lui pour de mauvaises raisons. Double actualité pour le sulfureux Mel.

La semaine dernière, l’interprète de Braveheart a débuté sa mission forcée de travaux d’intérêt général. Mel Gibson a en effet été condamné à travailler bénévolement pendant seize heures au profit de l’association Mending Kid. Une obligation relativement moins contraignante que de réparer les autoroutes… Afin d’effectuer sa peine, l’acteur s’est rendu dans une clinique au Guatemala, où l’association agit au quotidien auprès d’enfants malades.

Ces travaux forcés interviennent pour Mel Gibson suite à un accord passé avec les juges de Los Angeles. L’acteur a été reconnu coupable de violences sur son ex-épouse Oksana Grigorieva, qui elle, n’a touché que 600 petits dollars en réparation. La star a donc évité la prison et s’en sort avec les honneurs en apparaissant en bon samaritain au Guatemala.

Mais le destin s’acharne contre Mel Gibson. Alors qu’il essaye de se racheter une crédibilité auprès du public et des producteurs, de vieilles histoires refont surface. On apprend ainsi qu’en 2007, le héros de l’Arme Fatale, aurait profité de sa notoriété et de sa force de persuasion musclée pour arnaquer un homme d’affaires, Nader Sherif. Mel Gibson aurait insisté pour que cet homme investisse dans une économie de pneus recyclables. Si l’opération échouait, l’acteur promettait de rembourser les 200000$ déboursés. Sherif Nader se dit aujourd’hui ruiné et il compte sur le remboursement promis, même s’il doit faire intervenir la justice pour obtenir gain de cause.

Ses divorces consécutifs, les échecs de ses films, ses problèmes avec la justice…Mel Gibson ne voit plus le bout du tunnel. Arrivera-t-il un jour à se recycler sans passer par la case prison?

Laure Costey

Jeudi 16 juin 2011

Suivez l’actu Gala surTwitteretFacebook

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *