La présidence de la FIFA est-elle compromise pour Michel Platini? Vendredi, une enquête pour « paiement déloyal » a été ouverte contre l’actuel président Sepp Blatter, soupçonné d’avoir offert 1,8 millions d’euros à l’ancien numéro 10 des Bleus.

Engagé dans la bataille pour la présidence de la FIFA, Michel Platini pourrait bien voir sa candidature éclaboussée par un scandale. Vendredi, une procédure pénale a en effet été ouverte contre Sepp Blatter. Selon la justice suisse, le dirigeant actuel de l’institution est soupçonné d’un paiement déloyal (abus de biens sociaux dans le droit français) en faveur de Michel Platini. D’après un communiqué du ministère public suisse, l’opération a été exécutée en février 2011 pour des travaux réalisés entre janvier 1999 et juin 2002.

Selon l’agence de presse Reuters, l’actuel président de l’UEFA aurait lui-même délivré à la justice suisse l’information de la transaction versée. Entendu comme témoin dans cette affaire, Michel Platini a tenu à réagir vendredi soir. «En ce qui concerne le paiement qui a été effectué en ma faveur, je désire clarifier que ce montant m’a été versé pour le travail que j’ai accompli de manière contractuelle pour la FIFA et je suis satisfait d’avoir pu éclaircir ce point envers les autorités» a expliqué à l’AFP l’ancien joueur de Saint-Etienne et de la Juventus. Dans la soirée, l’ex-numéro 10 de l’équipe de France a reçu le soutien de Manuel Valls. Sur France Info, Le Premier ministre a d’ailleurs exprimé son «entière confiance» envers l’ancien ballon d’or.

Les scandales autour de la FIFA n’en finissent plus de ternir l’image de ce sport ultra populaire qu’est le football. Conscient de la gravité de la situation, Michel Platini a fait de la transparence une de ses promesses de campagne. Espérons maintenant que l’icône du foot français ne se retrouve pas hors-jeu à la suite de cette affaire judiciaire.

Crédits photos : Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *