La Caisse Nationale d’Assurances maladies (CNAMTS) etl’Institut National de Prévention et d’Education pourla Santé sonnent l’alerte. Malgré lesdifférentes campagnes de communication et la gratuitédu vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) depuisseptembre 1999, le taux de couverture vaccinale reste insuffisant.Seuls 82 % des enfants de deux ans sont vaccinés alorsqu’il faudrait que 95 % d’entre eux le soient pourinterrompre la transmission de ces maladies. Ce chiffre insuffisantplace la France parmi les plus mauvais élèveseuropéens, avec l’Italie et l’Allemagne.
Au plan national, de fortes disparités ont étésoulignées. Les départements du Sud affichent lesplus faibles taux de couverture vaccinale et se trouvent ainsi sousla menace d’une épidémie.
Comment expliquer une telle situation ? Trop souvent, les parentssous-estiment les conséquences de ces trois maladies. Selonle CFES, 40 % des parents n’ont pas connaissance des risquesencourus par leurs enfants. Rougeole et oreillons peuventêtre à l’origine de pneumonies,méningites, encéphalites, surdités, etc. Unecontamination fœtale par le virus de la rubéole chezune femme enceinte durant les trois premiers mois de grossesse peutêtre lourde de conséquences : risques de malformationscardiaques, oculaires ou auditives mais aussi neurologiques.
Dernière source d’inquiétude : un accroissementde l’âge moyen de contamination de ces trois maladies.Plus la personne est âgée, plus les risques decomplications sont importants (broncho-pneumonies,panencéphalites sclérosantes, atteintes testiculaireset ovariennes, etc.).
Face à une telle situation, la CNAMTS et le INPES focalisentleurs actions de communication “Action Vaccination“ sur les 25départements à la traîne. Alorsn’hésitez plus, protégez vos enfants !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *