Laurence Ferrari est montée au créneau lorsqu’Arnaud Montebourg s’en est pris aux puissants qui contrôlent les médias en prenant l’exemple d’iTélé, lors du deuxième débat de la gauche sur BFMTV. Audrey Pulvar et Aurélie Filipetti s’en sont mêlées sur les réseaux sociaux.

Dialogue houleux entre Laurence Ferrari et Arnaud Montebourg lors du deuxième débat de la la primaire de la gauche. La tension est montée d’un cran lorsque le candidat a abordé le problème de la concentration des médias privés. Il a pris l’exemple d’iTélé, chaîne détenue par Vincent Bolloré, en visant directement Laurence Ferrari, membre de la rédaction : « le propriétaire de votre chaîne, votre chaîne Mme Ferrari, qui est allé détruire son outil de travail pour empêcher le pluralisme ! » La journaliste a défendu iTélé en récusant fermement les paroles d’Arnaud Montebourg : « Quant à la chaîne que vous évoquer Monsieur Montebourg […] elle est là et bien là et je la représente ce soir. »

La journaliste a pu compter sur le soutien d’Audrey Pulvar, interpellée sur Twitter : « Laurence Ferrari a très bien répondu à cette attaque ridicule. Applaudissements à la rédaction d’iTélé. » La compagne d’Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, s’est montrée beaucoup plus froide sous couvert d’ironie : « Les 90 salariés d’iTélé débarqués d’une manière honteuse d’une rédaction décimée apprécieront Laurence Ferrari. »

Interrogé par Patrick Cohen ce matin sur France Inter, Arnaud Montebourg a nié avoir voulu régler des comptes et mis en cause Vincent Bolloré ou Laurence Ferrari : « Elle n’étais pas en cause Madame Ferrari, elle est l’employée », « Monsieur Bolloré, c’était une exemple. »

Click Here: West Coast Eagles Guernsey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *